Information-Communication

Voici quelques documents complémentaires pour le cours de Pauline Amiel, du 11 octobre 2018.

Droit de la communication.

Autorités Administratives Indépendantes

Liberté d'expression

Droit NTIC

Ce cours étudie les différentes sources professionnelles sur la mesure du marché publicitaire en analysant notamment les modalités d’établissement des données. Il donne les clés pour une lecture technique de ces données : formats, passage du brut au net, volume et valeur … Et une lecture plus stratégique, en lien avec l’élaboration des plans média.
Dans un second temps, les formats publicitaires spécifiques à Internet sont présentés, à partir de la nomenclature des sources professionnelles, ainsi que leurs modalités de commercialisation et les enjeux associés : publicité programmatique, publicité personnalisée et contextuelle, mesure de la performance publicitaire en ligne, allocation de la dépense des annonceurs selon les différents formats publicitaires en ligne.

Objectifs / compétences visées :

Ce cours permettra aux étudiants de comprendre l’environnement publicitaire et les grandes tendances du marché. Outre la maîtrise du vocabulaire professionnel de la publicité, le cours permettra d’établir une grille d’élaboration des campagnes publicitaires en ligne en fonction des différents formats mobilisés.
Ce cours propose une approche des théories de l’information et de la communication en interrogeant la mondialisation des médias. Il explore principalement les théories de l’internationalisation des médias et les enjeux info-communicationnels et culturels associés en les inscrivant dans le contexte géopolitique des 20ème et 21ème siècles.
Dans une première partie, il revient sur la naissance des sciences de l’information et de la communication à partir des premières théories sur la propagande et la guerre psychologique. Il explore ensuite la question de la communication à des fins de développement, dans un cadre nord-sud, à partir de l’analyse des théories de la modernisation des mentalités par les médias et de leurs critiques. Il étudie ensuite les théories critiques qui ont accompagné la revendication en faveur du Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication (NOMIC), notamment l’économie politique de la communication. Enfin, il présente les enjeux associés au projet de société mondiale de l’information et aux politiques de soutien à la diversité culturelle au début du 21ème siècle. Il traite également, dans sa dernière partie, des enjeux spécifiques à la mondialisation en ce début de 21ème siècle, à la fois sous l’angle économique, géopolitique, informationnel, culturel et communicationnel.

Objectifs / compétences visées :
A l’issue de ce cours, les étudiants disposent d’une bonne appréhension des théories en sciences de l’information et de la communication qui portent sur la question de la communication à l’international. Outre le renforcement des connaissances en culture générale et géopolitique, ce cours permet aux étudiants de disposer de capacités d’expertise dans la communication à l’international. Il constitue par ailleurs une mise à niveau en histoire des relations internationales et une préparation aux épreuves de culture générale des concours d’entrée en master 1 (masters reconnus en journalisme notamment).

Le cours vise à doter les étudiants de méthodes et techniques performantes pour recueillir de l’information dans les ressources numériques en ligne.

En prenant comme fil directeur la réalisation d'un dossier d'information sur un sujet précis, le cours doit permettre aux étudiants d’être capable de :

  1. constituer le lexique terminologique qui caractérise le périmètre d’un sujet
  2. connaître la variété des ressources électroniques employées par les professionnels de l'information
  3. rédiger des stratégies d’interrogation employant les techniques de recherche avancées
  4. ajuster et enrichir sa stratégie d'interrogation selon la ressource électronique
  5. comprendre l’intérêt de ces techniques de recherche par rapport à des systèmes de recherche type Google
  6. mettre en place un dispositif de surveillance des ressources numériques