Sciences du langage Coopération linguistique et éducative en français langue étrangère (FLE)

Cet espace est réservé aux étudiants du Master 2 Pro Parcours coopération linguistique et éducative dont la direction de mémoire et le suivi de stage sont assurés par Amélie LECONTE. 

Ce cours vise à rendre les étudiants capables :

- d’analyser des options de politique/planification linguistique en utilisant des concepts sociolinguistiques appropriés ;

- de cerner les enjeux politiques et sociaux de l’aménagement linguistique.

Il s’appuie à la fois sur des cours théoriques et des analyses de situations. 

Il est divisé en trois parties qui seront mises en ligne successivement (voir calendrier) :

- Partie 1 : émergence du champs, évolution et orientations actuelles

- Partie 2 : la politique linguistique de la France

- Partie 3 : la politique linguistique d'autres pays

Bonjour à toutes et à tous ! Bienvenue en M2 FLES - Coopération . 

Ce cours a pour objectif de développer une réflexion et une expertise sur l’élaboration de projets dans le cadre de la coopération bi-/multilatérale à partir d'études de cas professionnels.

Présentation du cours

 

1. Objectifs 

Le cours aborde les
dimensions anthropologiques (économiques, sociales, culturelles et linguistiques) de la présence et de la diffusion de la langue française dans le monde.

Il s’agit

i) de comprendre les situations géopolitiques de présence et de diffusion du français dans le monde,

ii) d’identifier les acteurs et les institutions de diffusion du français et d’évoquer leurs actions de diffusion du français,

iii) d’analyser l’action de diffusion  dans les domaines éducatif et culturel.

Adopter un point de
vue anthropologique sur la diffusion du français dans le monde suppose

i) une perspective
globale qui conduit à envisager les contacts entre langues et cultures dans
leurs dimensions idéelles (les valeurs et les idéologies, les croyances dans la
sphère du symbolique et du religieux, les conceptions politiques, les langues
et les pratiques culturelles) et matérielles (les faits économiques et
sociaux) ;

ii) de tenir compte
des phénomènes associés à la globalisation (mondialisation) ;

iii) une conception
historicisée, qui intègre l’idée du post-colonialisme