Lettres Monde du livre

À partir d’une série d’exemples empruntés à des périodes variées, ce cours propose de montrer l’importance des choix éditoriaux pour la lecture et l’interprétation des « textes ». De sa genèse à ses manifestations éditoriales – tous supports confondus –, de sa rédaction au geste éditorial terminal qui le concrétise, le texte subit de nombreuses transformations.

Le cours invite à une appréhension critique de la matérialité des documents qui servent de base aux analyses textuelles, il engage à une réflexion sur la construction des objets « littéraires », il incite, aussi, à une approche interdisciplinaire de la question de la réception éditoriale. La matérialité des supports éditoriaux détermine dans une large mesure le sens qui est donné aux objets littéraires proposés à la lecture. Ceux-ci sont rarement le fruit du seul « auteur », ils sont le plus souvent produits par tout un ensemble d’acteurs qui ne les signent pas nécessairement : copistes, traducteurs, correcteurs, éditeurs, typographes, imprimeurs, illustrateurs…

Bibliographie sommaire

G. Genette, Seuils, Éditions du Seuil, coll. « Points Essais », 1987.
Ph. Lane, La périphérie du texte, Nathan Université, coll. « Fac », 1992.
Ph. Lane, « Seuils éditoriaux », Espaces Temps, n° 47-48, 1991, p. 91-108.
H.-R. Jauss, Pour une esthétique de la réception, Gallimard, coll. «Bibliothèque des idées», 1978.
R. Chartier, La main de l’auteur et l’esprit de l’imprimeur (XVIe-XVIIIe siècles), Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2015.
Revue Communication & Langages, notamment les n° 154 (déc. 2007), 158 (déc. 2008), 162 (déc. 2009) et 167 (mars 2011).

Équipe enseignante

Barbara Dimopoulou, Sébastien Douchet et Jean-Marc Quaranta.