Le cours sera organisé en diachronie de la constitution du genre aux pratiques les plus récentes de ce genre et en synchronie autour des théories modernes qui permettent de pénétrer au sein d’un texte romanesque et de rendre compte de sa spécificité. L’objectif que j’assigne à cet itinéraire est double : rendre compte d’un cheminement qui est la résultante de l’Histoire ainsi que d’histoires individuelles, mettre à jour un certain nombre d’outils critiques aptes à révéler et à restituer l’inaliénable spécificité de chaque œuvre romanesque. La plupart des romans ont été écrits en tenant compte des romans rédigés auparavant, parfois ils l’ont même été contre ces romans qui les précèdent. Aussi une connaissance des « Grands Romans » jalonnant l’histoire du genre est-elle absolument nécessaire ; Que peut-on dire sur Proust si l’on ignore Balzac, Stendhal ou Flaubert ? Cette connaissance acquise, il convient ensuite de disposer d’un vocabulaire critique qui permette de nommer ce que l’on identifie sans prendre le risque de commettre des confusions fâcheuses. Aussi est-il indispensable d’avoir procédé à la lecture d’un certain nombre d’ouvrages critiques qui sont autant de fenêtres ouvertes sur les « possibles infinis » de l’œuvre romanesque.