Mots clefs : Approche réflexive, anthropologie, ethnologie, France métropolitaine

L'anthropologie de la France (entendre par là les travaux et les initiatives concernant les pratiques sociales et culturelles observées sur le territoire de la France métropolitaine) a marqué l’histoire de l’anthropologie sociale et culturelle par son dynamisme et sa capacité à porter sur elle-même un regard réflexif. Cet ethnologie dite "du proche", "at home", permet de questionner non seulement les liens entre l'ethnologie et la construction des identités (régionales, nationales...) mais également l'entrelacs du "proche" et du "lointain", du "familier" et de "l'exotique", dans la construction du savoir anthropologique. La première partie du cours propose une approche épistémologique de l'ethnologie de la France dans son évolution historique du XIXème siècle au XXIème siècle. Il présente l’évolution des objets et des méthodes d’analyse ainsi que les ouvrages de références (épistémologiques, ethnographiques) qui ont contribué au cumul des connaissances et à la formation des savoirs. La seconde partie concerne les problématiques émergentes et les travaux les plus contemporains.

Différents thématiques seront abordés : l’émergence de la notion de « cultures régionales » et les liens entre l’ethnologie et l’histoire nationale ; les études folkloristes (notamment à travers l’œuvre d’Arnold Van Gennep), leurs dimensions scientifiques et leurs instrumentalisations politiques ; les grandes enquêtes conduites sous l’égide du Musée des Arts et Traditions Populaires à Paris (MATP) et de Georges Henri Rivière ; les "enquêtes-collectes" aujourd'hui dans le cadre des politiques scientifiques du MUCEM (Foot (exposition 2018), Sida (2021)...) ; la fascination pour le « local » caractéristique des années 1950-1960 (la commune, le quartier, la petite région étant perçus comme « l’objet idéal » de l’ethnologie à la fin du XXème siècle) ; la mise en oeuvre des grands chantiers collectifs ; l'apparition progressive des femmes dans les laboratoires de recherches et sur les terrains et l'évolution des objets de recherche au prisme du genre ; le tournant épistémologiques de la fin du XXème siècle (variation des niveaux d’observation, les "nouveaux objets", du rural vers l'urbain, des particularismes aux phénomènes de masse...).

Cet enseignement permettra également de discuter la complémentarité de l’ethnologie, de l’histoire, de la sociologie, de la littérature et du cinéma dans le cadre du processus de connaissance des faits sociaux et culturels. La participation active des étudiants est attendue. Quelques exposés (non obligatoires mais comptant dans l'évaluation de ceux qui les perdront en charge) sur les ouvrages les plus récents seront organisés.