Jean Dasté affirme que si « tout est vie au théâtre c’est parce qu’on y découvre non seulement que le Théâtre reflète la vie d’une époque, mais combien en se renouvelant lui-même, il contribue à faire réfléchir. On comprend que, grâce au combat mené par les novateurs : auteurs, metteurs en scène, directeurs le plus souvent comédiens, le Théâtre stimule et éclaire les esprits ». Comment parler du théâtre d’hier et d’aujourd’hui ? Que dire de son évolution au travers des siècles et des changements qu’il suscite dans ses pratiques ? Comment interpréter un texte théâtral en fonction de son époque et comment le mettre en scène, le mettre en jeu ? Toutes ces interrogations seront, dans ce cours, mises en relation avec l’enfermement féminin, problématique récurrente au théâtre à travers les siècles et toujours d’actualité. L’actrice de théâtre représentait un désordre politique et social, car la mise en valeur de son corps était susceptible de susciter les regards concupiscents et les passions incontrôlées des hommes qui l’admiraient. Les espaces de clôture en confrontation avec l’espace scénique instaurent deux tensions contradictoires entre l’acte de rester et l’autre de partir qui ne cessent de tirailler le sujet féminin enfermé.