L’écriture du fait-divers : de la réalité à la fiction
Enseignant : Michel Bertrand
TD : vendredi de 13h à 16h

L’affaire Jean-Claude Romand, celle du « trio infernal », celle du « prince de la finance » et de sa maîtresse, ces trois faits-divers ont défrayé la chronique journalistique et bénéficièrent de ce fait d’une ample couverture médiatique. Pourquoi en constituer la trame d’une oeuvre romanesque ? Pourquoi ensuite traduire le texte en images cinématographiques ? Est-ce le réel qui est ainsi transcrit ? Madame Bovary et Le Rouge et le noir, pour ne citer que ces exemples illustres, s’inspiraient déjà un siècle auparavant d’affaires criminelles célèbres. Les enjeux sont-ils demeurés les mêmes ? Le désir de « coller au plus près du réel » implique-t-il de ne recourir qu’à des histoires préalablement connues de tous ? À quelles fins ? N’est-ce pas la preuve que tout récit instaure son lecteur/spectateur dans une position de voyeur ? Et, si ces oeuvres constituaient à ce titre une parfaite mise en abyme de tout processus de mise en fiction ? Le cours s’efforcera de répondre à ces questions en confrontant le réel à ces restitutions romanesques et cinématographiques qui y puisent leur matière sans en épuiser leur signification.
Emmanuel Carrère, L’Adversaire, Gallimard, coll. « Folio », 2002.
Morgan Sportes, L’Appât, Seuil, coll. « Points », 1995.
Régis Jauffret, Sévère, Seuil, 2010.
Nicole Garcia, L’Adversaire, DVD, 2001.
Bertrand Tavernier, L’Appât, DVD, 1995.
Hélène Fillières, Une histoire d’amour, DVD, 2013.