Comment la Biologie réussit-elle à faire face aux masses d’informations produites par les nouvelles technologies ? Actuellement on ne fait plus seulement de la Biologie in vivo et in vitro, mais aussi in silico et ce, dans tous les domaines aussi bien en Biologie Moléculaire qu’en Zoologie, Ecologie ou Evolution.
L'objectif principal de cette UE est d'étudier les grandes thématiques de la Biologie moderne en en analysant les sources et les impacts. Il s'agit dans un premier temps de décortiquer une découverte scientifique majeure ayant fait l'objet d'un Prix Nobel et de déterminer l'impact de cette découverte en la confrontant aux données scientifiques les plus récentes. L’un des Prix Nobel (Physiologie & Médecine, Chimie) décernés en début d'année universitaire (Octobre) fait systématiquement l'objet d'une analyse spécifique. Cette année la moisson a été particulièrement dense avec Roger Penrose en Physique, Emmanuelle Charpentier et Jennifer Doudna en Chimie. Le Prix Nobel de Physiologie/Médecine a par ailleurs récompensé en 2020 la découverte du virus de l’hépatite C. Ainsi, ces trois Nobel alliant physique, chimie, physiologie et médecine illustrent à quel point la Biologie doit être décloisonnée et abordée de manière synthétique plutôt que de façon hyper-pointue.

Ainsi, nous abordons des problématiques très diverses liées à la physiologie, la physiopathologie et la génomique, en particulier les dernières recherches impliquant CrispR/Cas9 (Nobel 2020), la médecine personnalisée (utilisation des Big Data), les approches thérapeutiques innovantes (les cellules Car-T, Nobel 2018), l'épigénétique (Nobel 2012), la plasticité en Biologie (Nobel 2000), la théorie de la conscience développée par Stuart Hameroff et … Roger Penrose (Nobel 2020), les OGM (mode d'obtention, méthodes de détection), les procédés d'identification des individus (médecine légale et police scientifique), les protéines IDP et moonlighting, sans oublier bien sûr la pandémie en cours de Covid-19. Les étudiants sont amenés à analyser et rendre compte des dernières avancées de la recherche scientifique dans un domaine particulier (par exemple la biologie quantique et son impact en génomique fonctionnelle (mutations) ou en physiologie sensorielle (cas particulier de l'odorat). Ces thèmes ne sont pas limitatifs et peuvent varier en fonction de l’actualité scientifique… que nous apprendrons à évaluer de manière rationnelle. Les « fake news » scientifiques (ou pseudo-scientifiques) qui fleurissent sur le web et les moyens de les vérifier seront également abordées.