« Fictions de l’Histoire, histoire de la fiction »

Corpus d'étude:
- Madame de Lafayette, La Princesse de Clèves, Paris, Le Livre de poche, 1973.
-Guichemerre, Roger, Dom Carlos et autres nouvelles françaises du XVIIᵉ siècle, Poche, Paris, Folio classique, 1995.

Ce cours a pour objectif d’étudier la manière dont la littérature s’empare de la réalité, à travers deux fictions narratives du XVIIe siècle mettant en récit la cour des Valois et celle de Philippe II d’Espagne du siècle précédent. Les deux auteurs affichent tous les deux le souci de rendre le plus authentiquement la réalité par la forme choisie. Madame de Lafayette se distingue de l’invraisemblance et de l’excès du roman baroque par la construction d’un roman plus discipliné, concis, dont la sobriété classique semble correspondre au sérieux de son sujet historique. Quant à Saint-Réal, passé à la postérité avec la déclaration que Stendhal lui prête et qu’il utilise en épigraphe d’un chapitre du Rouge et le Noir (« Un roman c'est un miroir qu'on promène le long d'un chemin »), il propose une nouvelle historique ressortissant à la fois au genre contemporain de l’histoire secrète et à celui de l’histoire tragique, née au siècle précédent. Ce parcours conduira à interroger les modalités d’écriture, voire de fictionnalisation de l’Histoire, notamment à travers l’étude des phénomènes de typification, ainsi que les multiples usages de l’Histoire que font les auteurs : objet de moralisation, support identificatoire, miroir politique, ou simple catalyseur de la fiction ?

Il est fortement recommandé aux étudiants de se procurer les éditions indiquées – pour des questions de repérage des pages – mais il leur est possible d’utiliser d’autres éditions. Il est souhaitable d’avoir lu La Princesse de Clèves pour la première séance.