Communication des organisations, santé et bien-être (COSan)

Le cours présente l’analyse de la communication des organisations et des médias en santé et bien-être dans la société. La santé est étudiée comme une question sociétale. A ce titre, elle est considérée comme un construit social et politique en débat dans l’espace public médiatisé contemporain. Ce cours de travaux dirigés inclut des apports de connaissances et des travaux des étudiants concernant les spécificités de ce domaine intersectoriel et des formes de communication sur des questions de santé qui se développent dans l’espace public.

Les organisations qui interviennent dans le secteur de la santé ne sont pas que des organismes publics, ministériels ou des agences régionales. On y trouve également des entreprises privées, des associations, des ONG… Ces organisations développent des politiques, des stratégies et des actions de communication diversifiées en fonction de la nature de leurs activités. Il peut s’agir d’établissements publics, d’entreprises du secteur pharmaceutique, cosmétique ou agro-alimentaire, d’établissements de soins (hôpitaux, cliniques), de médias spécialisés ou d’agence de communication, en incluant les nouveaux acteurs de l’Internet (Google, Apple) et de l’industrie de la communication (e-santé, santé mobile). Le cours est centré sur l’analyse des modes de communication en termes de pratiques, de régulation et de discours qui sont particuliers à ce secteur : on ne communique pas de la même manière sur un établissement de soin, un produit à allégation de santé, un médicament ou une campagne de prévention que l’on communique sur une application de santé, un produit cosmétique ou sur un produit ou une activité liés au bien-être.

La communication publique a pris son essor ces trente dernières années et a progressivement acquis une légitimité dans sa contribution à donner du sens à la vie publique et politique. Le cours débute, dans une première partie, par la définition de l’information et de la communication publique appréhendées dans leurs enjeux, leurs finalités et leurs missions d’intérêt général, les acteurs (publics et privés) qui y sont impliqués, les métiers et le cadre d’exercice. Les politiques et les actions de communication publique sont ensuite étudiées dans l’écosystème informationnel en faisant l’articulation entre médias «historiques» et médias numériques. Dans une seconde partie, le cours est construit sur trois domaines d’étude : Repères historiques et évolutions de la communication publique de l’Etat: entre information, manifestation de l’autorité, concertation et cohésion sociale ; « Repères historiques et évolutions de la communication publique dans les villes et les territoires: entre information, démocratie locale et marketing territorial ». Le dernier aspect abordé concerne l’ouverture des données publiques (open data) qui constitue une évolution majeure des politiques et des pratiques d’information et de communication publique.

Le cours expose une méthodologie visant à analyser les discours et les textes de communication émanant des médias et des organisations. En développant une approche communicationnelle, le point de vue adopté est d’associer de manière étroite l’ancrage dans une situation de communication, les discours et l’organisation textuelle. Cette approche s’intéresse spécifiquement aux phénomènes de sens et de médiation qui se développent dans les processus de communication en s’appuyant en partie sur l’objet langagier. La construction d’un cadre théorique incluant les Sciences de l’information et de la communication, les Sciences du langage et l’Analyse de discours permet la prise en compte conjointe des processus de médiation et des processus de médiatisation par le langage.

Selon une perspective interdisciplinaire, cette méthodologie hybride s’appuie sur plusieurs théories, principalement l’analyse de contenu, l’analyse de discours, l’analyse textuelle et l’analyse de données textuelles, ainsi que sur leurs concepts associés. Le cours évolue en associant ces différentes dimensions : l’analyse de contenu et ses évolutions méthodologiques ; les analyses lexicales présentées en association avec les analyses de discours (du lexique aux énoncés) et dans la lexicométrie ; les principes et méthodes de certains courants de l’analyse de discours ; les principes et méthodes de l’analyse textuelle. Le cours inclut, de manière transversale, la présentation de fonctionnalités de logiciels de lexicométrie, de textométrie et d’analyse de données en montrant leurs possibilités de fouille de corpus, de visualisation et de passage à l’échelle