Anthropologie Anthropologie sociale et culturelle, ethnologie
Apprendre à rédiger un Mémoire de Master 1.
Atelier interactif avec participation orale et écrite demandée.
De nos jours, la division aristotélicienne, ou plutôt l’articulation, entre les étants de la nature (sujets innés à la transformation, au mouvement) et les étants de l’art (ou de la culture), fixés, qui doivent leur éventuelle transformation sous l’effet de la nature, est remise en cause par les tendances de la philosophie et de l’anthropologie contemporaine. Désormais, soit on affirme que la nature n’est rien d’autre que le résultat de la culture ou de la volonté humaine (hyperculturalisme, théorie du genre), soit que la différence entre nature et culture, humain et non-humain, est purement idéologique, une vue de l’esprit. Conséquences : soit c’est la culture et elle seule qui a l’initiative et la capacité de transformation, par-delà une nature dont on veut relativiser l’existence en soi (« essentialisme »), soit c’est l’humanité dont on relativise l’existence en soi, en remettant en cause la limite qui la sépare de la nature par le fait de ce qu’Aristote appelait « les produits de l’art ». Négation, ou relativisation, du rapport d’altérité nature/culture, qui se limiterait à une culture classique occidentale donnant la primeur de la cognition à l’humanité, sans égards pour les points de vue alternatifs, issus d’autres êtres vivants, qui seraient reconnus par les autres cultures (Descola, Viveiros de Castro). Or, ces nouvelles ontologies, issues des milieux savants, se sont diffusées et vulgarisées de telle manière qu’elles embrassent des problématiques sociétales devenues centrales : genre ou sexes ? Corps ou esprit ? Humanité et nature ou vivant humain et non humain ? Césure ou continuité ? Animaux et plantes objets ou sujets de droit ? Quelle éthique ? etc. Sous la forme d’un séminaire, ce cours alterne les analyses critiques de l’enseignant sur ces tendances contemporaines de l’anthropologie avec les points de vue des étudiants dont la recherche touche, de près ou de loin, aux rapports entre l’humanité et la nature.

L'objectif de ce cours est l'acquisition des outils méthodologiques nécessaires à l’élaboration d’un projet de recherche. Cette méthodologie est abordée en relation avec le thème de recherche personnel de chaque étudiant.

Méthodologie associée à la recherche documentaire et la présentation du mémoire : élaboration d’un calendrier de travail ; identification, utilisation et évaluation des sources documentaires ; établissement d’une problématique initiale ; préparation à la soutenance orale.

Le cours propose une approche de la réflexion éthique en anthropologie dans les différents champs de spécialité de la discipline. Il permet également aux étudiants d'acquérir les connaissances bibliographiques et les savoir-faire nécessaires à une pratique éthique de recherche.