Anthropologie Anthropologie sociale et culturelle, ethnologie

HANCU03 Formation au compte rendu d’ouvrage

 

Master d’Anthropologie

PT1-Anthropologie sociale, Ethnologie – S 9 – 6 ETCS

 

 

Consignes de rédaction

 

Le compte rendu est un exercice de concision. Il ne doit pas dépasser 5.000-10.000 signes (espaces compris) et être aux normes de la revue pour laquelle il est écrit.

 

Le compte rendu ne doit pas s’apparenter à une fiche de lecture linéaire de la publication recensée. Il doit impérativement comprendre la référence complète de l’ouvrage recensé, le nom de l’auteur du compte  rendu et son attache institutionnelle. La forme est assez libre mais doit faire ressortir la probmatique générale de l’ouvrage et les principales idées qu’il développe. Il faut commenter la teneur de l’ouvrage, son cadre théorique, la qualité de la méthodologie et de l’écriture. Il peut également souligner les manques et lacunes ainsi que proposer d’autres pistes de réflexion.

 

Il est possible d’utiliser des notes de bas de pages et/ou des renvois bibliographiques mais leur usage doit rester très limité. Les citations issues de l’ouvrage analysé sont autorisées mais elles doivent être brèves et correctement référencées.

 

Si vous choisissez un ouvrage collectif ou un numéro de revue, n’essayez pas de rendre compte de chaque contribution, ni même de les mentionner toutes. Synthétisez plutôt la ligne générale de l’ouvrage et choisissez quelques articles que vous analyserez plus en profondeur, en citant les titres et les noms des auteurs des contributions examinées.

 

Vous devez choisir l’ouvrage à recenser parmi ceux proposés récemment dans une revue d’anthropologie et dont le compte rendu n’est pas encore publié. Vous pourrez alors, éventuellement, proposer votre compte rendu pour publication.

 

Vous devez rendre pour ce travail les documents suivants :

 

- La copie de la page dans laquelle est proposée la liste des ouvrages disponibles pour compte rendu (voir la rubrique « livres reçus ») ;

 

- Les normes de la revue (consignes aux auteurs) et/ou les consignes pour les recensions (si disponibles) ;

 

- Votre compte rendu.

 

 

Le cours propose une approche de la réflexion éthique en anthropologie dans les différents champs de spécialité de la discipline. Il permet également aux étudiants d'acquérir les connaissances bibliographiques et les savoir-faire nécessaires à une pratique éthique de recherche.

L'objectif de ce cours est l'acquisition des outils méthodologiques nécessaires à l’élaboration d’un projet de recherche. Cette méthodologie est abordée en relation avec le thème de recherche personnel de chaque étudiant.

Ce séminaire est co-organisé par l’ensemble des laboratoires de recherche associés au Master et propose chaque année aux étudiants une réflexion transversale sur un grand thème de l’anthropologie contemporaine.
Il est ouvert aux étudiants à partir de la Licence 3 et il est obligatoire pour les étudiants de M1 et M2.

Consignes compte rendu séminaire inter-laboratoires à rendre au S2 du M2

 Le compte rendu s'étend sur au moins deux demi-journées ou la journée complète terminale (c'est au choix de l'étudiant).  Eventuellement, en cas de difficultés à assister aux séances dues aux impératifs de l'enquête sur le terrain, l'étudiant(e) pourra rendre un CR du séminaire de l'année dernière (au moins une journée complète). Pour la rédaction du rapport,  il ne s'agit pas de suivre la chronologie des communications mais bien de faire une synthèse, avec un plan qui se structure sur les axes problématiques majeurs qui ont réunis ou opposés les différents intervenants. Certaines interventions dans le public au moment de la discussion pourront être mentionnées si elles présentent un intérêt suffisant. Des références bibliographiques externes pourront être convoquées, si nécessaire, mais elles ne doivent en aucun cas dominer la matière des communications du séminaire. Il s'agit d'un compte rendu, non d'un mini-mémoire sur le thème annoncé.

 

Présentation : 5-10 pages, texte justifié, interligne 1,5. Plan détaché par des intertitres.

Programme 2018-2019 "La Méditerranée et le monde"

Le projet que nous proposons à la MMSH/USR 31-25 consiste à étoffer le programme et à davantage l’inscrire dans les thématiques centrales de la recherche à la MMSH en combinant dans les différentes séances des chercheurs nationaux et internationaux dont la présence sera justifiée par l’inscription de notre séminaire dans la thématique La Méditerranée et le monde. La Méditerranée est aux origines de la tradition anthropologique aixoise, ainsi qu’en attestent les publications des auteurs qui lui sont associés et la tenue d’un colloque international (1997) qui fut l’un des événements scientifiques précurseurs de l’activité de la MMSH, et donna lieu à la publication d’un ouvrage coédité par la MMSH (Albera, Block, Bromberger eds. 2001).

 

Dans ce sillon, le séminaire inter-laboratoires d'Anthropologie Aix-Marseille 2018-2019 s'interrogera sur les relations entre la Méditerranée et le monde, sur les échanges, les processus de diffusion, de transformations et de mise en réseaux qui traversent aussi bien l'espace méditerranéen qu'ils le prolongent. Les flux et circulations qui caractérisent l'actuelle mondialisation, mais aussi le passé colonial (au sens large, de l’Antiquité aux années 1950) et la diversité des situations postcoloniales, en seront les objets d'études. Le séminaire privilégiera l'analyse des circulations et des échanges entre la Méditerranée et l'Asie du Sud-Est, l'Afrique subsaharienne, le Pacifique. La réflexion s'orientera autour de quatre axes, non exclusifs les uns des autres :

 

  • Réflexions épistémologiques sur les notions d' « aires culturelles », de « régions » ainsi que sur la définition de l' « espace méditerranée », dans une visée anthropologique. Méditerranée et aires culturelles : espaces géographiques ou catégories analytiques ? Une méditerranée ou des Méditerranées ?

 

  • Intermédiaires, circulations, mouvements : pour saisir au mieux les rapports entre les différentes aires culturelles, les interventions pourront rendre compte de la matérialité des circulations (formes techniques, religieuses, rituelles, esthétiques) mais aussi des modèles fondamentaux d’économie (tels que la corrélation domestication des grands mammifères/culture des céréales à partir de la Révolution néolithique) et de politique (tels que la démocratie et ses dérivés pervers, le césarisme, le caudillismo ou le clientélisme) qui se sont diffusés, au fil des siècles depuis des foyers méditerranéens jusqu’aux autres continents touchés, d’une façon ou d’une autre par leur rayonnement.

 

  • Espaces multiples, cosmopolitisme et cités « multi-ethniques » : espaces ou régions cosmopolites témoignent des rapports particuliers qu'entretiennent les grandes villes méditerranéennes avec le monde. A l'instar de la ville de Marseille, seront étudiés des espaces comme les « ville-monde » ou les espaces qui témoignent d'une relation particulière du local au global.

 

  • Imaginaires de Méditerranées : les circulations des hommes, des produits et des savoirs entre la Méditerranée et le monde favorise l'émergence d'imaginaires qui fondent les représentations de la Méditerranée hors d'elle. Il s'agira de comprendre comment la Méditerranée est pensée, informée, vécue en dehors d'elle, autour d'objets d'étude diversifiés (productions culturelles, institutions du savoir, alimentation, arts etc.).

 

 

 

Référence citée :

Albera D., Block A., Bromberger C. (éds.), L'anthropologie de la Méditerranée - Anthropology of the Mediterranean, Paris, Maisonneuve & Larose – MMSH, 2001.

 

  • Mercredi 14 novembre (après-midi) MMSH Amphi
  • Mercredi 12 décembre (après-midi) MMSH Salle Paul-Albert Février
  • Lundi 21 janvier (après-midi) MMSH Salle Duby
  • Lundi 25 février (après-midi) MMSH Salle Duby
  • Vendredi 29 mars (après-midi) MMSH Amphi
  • Lundi 15 avril – Journée entière Saint Charles, Marseille, Amphi de chimie

 Programme du S1 (celui du S2 est encore en cours d'élaboration)

Mercredi 14 novembre (14h-17h) : Table ronde d'ouverture du SILAAM 2018-19, « Penser la méditerranée et le monde »

  • Christian BROMBERGER
  • Jean BOUTIER
  • Maria CARDEIRA DA SILVA

Mercredi 12 décembre (14h-17h) : Méditerranées, révolutions technologiques et économiques

  • Maxence BAILLY (Archéologue, LAMPEA-AMU)
  • Margareta TENGBERG (Archéobotaniste, Muséum d’histoire naturelle, Paris)