Histoire Histoire renforcée
Le monde islamique des 11e-15e siècles présente le paradoxe d'une fragmentation politique croissante et d'une intégration culturelle sans précédent. Dans ce monde post-impérial, la civilisation islamique, née dans le creuset de l'empire des 7e-10e siècles, donne une unité de plus en plus sensible à un espace étendu de l'Atlantique à l'Asie du sud-est. Cette unité est très largement le fruit des échanges qui animent les réseaux du monde islamique, dont les villes sont à la fois les nœuds et la destination privilégiée. En explorant l'histoire des échanges (la circulation des marchandises, mais aussi des hommes et des femmes, des récits et des idées, du savoir et des savoir-faire), ce cours entend mettre en lumière le rôle historique central des sociétés urbaines dans le monde islamique, premier espace connecté et intégré au monde au Moyen Age.

L’enseignement porte sur les représentations idéologiques et les croyances depuis l’époque carolingienne jusqu’au 13e siècle. Il présente les textes en français et en latin pour préparer les étudiants à étudier les documents en langue originale: se repérer dans un texte latin et tirer parti du vocabulaire pour approfondir le commentaire. L'enseignement inclut des révisions et une pratique de la langue latine.
Le thème abordé cette année portera sur : "L'Eglise et les laïcs, IXe-XIIe siècles". En partant d'un système carolingien où l'empereur est le chef de l'Eglise, on s'interrogera sur la place des laïcs dans l'Eglise: en quoi sont-ils un enjeu à travers leur nécessaire sanctification et en quoi peuvent-ils représenter un danger à travers le pouvoir acquis sur l'Eglise? La "réforme grégorienne" est sur ce point un moment crucial de remise en ordre des places et rôles respectifs des clercs et des laïcs aux XIe-XIIe siècles.